Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Actualités > Vie du site et de l’association > Prisme de l’ESJA vu d’un service civique

Prisme de l'ESJA vu d'un service civique

Prisme de l’ESJA vu d’un service civique

des actions, une équipe

Moi Mélissa LANCIA, après 8 mois de service civique au sein de l’Espace Santé Jeunes, je fais un retour sur les actions qui m’ont le principalement marqué.
Tout au long de la rédaction de cette article, il m’a été difficile de ne pas utiliser le « on » ou le « nous » lorsque je parle de l’ESJ. Durant ces 8 mois, je me suis sentie tellement intégrée dans l’équipe et si bien adaptée que j’ai eu l’impression d’en faire partie intégrante.
Dans le cadre de mon article, j’ai préféré prendre un certain recul et regard extérieur pour le rédiger.

Cet article est à disposition pour montrer ce qu’est l’ESJ et ce qu’il peut proposer envers son public. Cette immersion prend fin, alors je vous propose de découvrir la structure telle que je l’ai découverte et observée moi-même.

1. Action de prévention en santé en milieu scolaire

Les interventions en milieu scolaire sont faites pour sensibiliser les jeunes sur différents thèmes ; sexualité, alimentation, sommeil, relation à l’autre…
L’équipe de l’ESJ intervient sur ces actions en valorisant bienveillance, écoute et non jugement envers autrui.

Projet ponctuel ou projet long (suivant la demande), l’objectif est d’éveiller la prise de conscience ainsi qu’apporter des connaissances sur ces thèmes qui peuvent leur poser questions.

En parallèle, il est aussi important de présenter la structure et se montrer disponible pour les jeunes qui souhaiteront investir ce lieu.
L’équipe fait en sorte que ces moments soient :

- un temps d’échange, ce qui permet aux professionnels d’analyser les représentations des jeunes en termes de santé

- un temps d’apprentissage, afin de découvrir les thèmes abordés, et pouvoir obtenir des réponses à des questionnements

2. Le soutien psychologique du jeune au sein de la structure via un panel de professions

L’ESJ est un lieu d’accueil, d’écoute, d’information et d’orientation pour les jeunes et leurs proches

Il peut accueillir les jeunes âgés de 11 à 25 ans.
Sa particularité est qu’il ne propose pas de soin, mais plutôt un accompagnement pour le jeune, qui à un moment donné de sa vie ressent le besoin de se poser dans un lieu neutre.

Ici, ils seront reçus lors d’un premier rendez-vous par 2 professionnelles de l’écoute afin de répondre au mieux à leurs besoins. Cette première rencontre permet surtout de faire connaissance avec le jeune, lui présenter la structure, faire en sorte qu’il puisse se sentir à l’aise et investir le lieu.

Une fois cette première rencontre, il est proposé aux jeunes de se revoir, celui-ci est libre d’accepter ou non car il est bien expliqué au jeune qu’il est maître de sa décision et que nous ne sommes pas là pour le forcer.

Parfois le binôme qui reçoit peut être constitué d’une psychologue, et parfois non. Ce qui caractérise le travail de l’ESJ c’est la qualité des écoutantes et ce, quelques soient leurs professions (chargée de prévention, responsable de territoire, coach, éducatrice spécialisée, secrétaire, psychologue).

Ces temps d’écoute pour les jeunes ne sont ni plus ni moins qu’un soutien, une oreille attentive lorsque ceux-ci ont besoin à instant T d’être écouté et soutenu dans des périodes difficiles.

Cette tranche d’âge reçu à l’ESJ, est une période charnière où le jeune change, grandit, notamment car l’adolescence est une période cruciale dans le développement, autant sur le plan physique (changements du corps) que psychique (crise d’adolescence, rébellion, isolement, difficulté dans la relation aux autres).
Certaines problématiques telles que la séparation des parents, perte d’un proche, difficulté scolaire, mauvaise entente avec les pairs, ou tout simplement « coup de mou » peuvent aussi mener le jeune dans une période compliquée dans laquelle il ne sait pas comment en sortir. L’équipe essaie au mieux de guider le jeune à trouver des réponses dans ses questionnements, mais aussi de lui permettre de pouvoir déverser un trop plein d’émotions qu’il ne s’autorise pas à déverser ailleurs.
Positionnée entre le jeune et ses parents (car la majeure partie du temps ce sont les parents qui font la demande de venir à l’ESJ), l’équipe jongle entre soutien de l’enfant afin de l’aider à s’épanouir, mais aussi en soutien aux parents car ceux-ci recherchent aussi de l’aide dans ces moments.

Les regards et approches théoriques différents de chacune permettent de traiter au mieux la demande. Ici tout le monde est important et apporte un véritable plus au travail de soutien. Sur le plan professionnel, cette diversité s’avère enrichissante car elle permet l’échange, et l’évolution. Travailler dans cette équipe nécessite de l’ouverture d’esprit et de ne pas être centré sur ses propres connaissances et acquis. Le partage et le dialogue est donc indispensable au sein de l’ESJ.
Les supervisions quant à elles permettent un temps et espace de parole en équipe supervisée pour poser ses questions, avec but d’être le plus objectif et efficace envers les jeunes reçus.

3. Soutien à la parentalité, car il n’y a pas de mode d’emploi pour être un bon parent

Parents acteurs dans la vie de leurs enfants, se retrouvent parfois spectateurs au moment de l’adolescence car dépassés dans les moments de crise, ont eux aussi la possibilité de se saisir de l’ESJ comme moment pour poser questionnements et ressentis durant ces phases.

L’équipe de l’ESJ, ni moi-même, n’avons trouvé le fameux guide du parent parfait. Alors plutôt que perdre du temps à le chercher (car nous vous avouons la triste vérité… il n’existe pas), nous proposons donc aux parents de les recevoir.
Toujours dans le non-jugement et l’écoute bienveillante, la psychologue est là pour accueillir et recevoir des parents qui en ressentent le besoin.
Elle est aussi là pour apaiser les parents durant ces périodes de craintes et d’inquiétudes pour leurs enfants. C’est également un temps pour permettre aux parents de « souffler », et d’avoir eux aussi un espace qui leur appartient.

A ce moment-là, il est question d’autoriser le parent à lâcher-prise, mais de toujours lui tendre la main afin qu’il ne dégringole pas. Le rôle de la psychologue spécialisée dans la parentalité est de le valoriser dans son rôle de parent et lui faire prendre conscience que parfois le mal-être de leur enfant n’est pas forcément dû à quelque chose de « mal fait » ou « raté » de leurs parts. Elle aide également les parents à prendre conscience de certains points à travailler avec leurs enfants et d’aborder l’éducation et le soutien avec un certain recul.
C’est le lieu pour leur laisser la possibilité de poser des mots sur des maux.

En parallèle des groupes de parole sont programmés dans certains établissements scolaires, afin d’organiser des discussions sur des thèmes concernant l’adolescence.
Mené par une équipe pluridisciplinaire (CPE, psychologue, chargé de mission, assistante sociale), qui est présente pour maintenir le cadre durant les échanges entre parents, mais aussi pour amener des réponses lorsque ceux-ci en font la demande.
Ces moments sont aussi l’occasion de rassurer les parents sur la phase parfois complexe qu’est l’adolescence.

P.-S.

En bref, l’ESJ c’est une équipe composée de profils différents, qui propose son soutien et accompagnement pour les jeunes, mais aussi pour les parents, et qui cherche à promouvoir la santé psychique, physique et sociale envers ce public.
Elle possède de nombreuses compétences et un « savoir-faire », mais selon moi ce qui en fait sa spécificité et sa réussite c’est le « savoir-être » de chaque membre qui la compose.

Je termine donc ma mission, en ayant développé une ouverture d’esprit et une curiosité du monde professionnel dans le domaine du social, et en ayant acquis de l’assurance et de la maturité dans ma posture professionnelle.

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip

Mis à jour le jeudi 21 octobre 2021