Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Actualités > Invitations CSJ Aubagne et St Marcel > Compte rendu CSJA 3 mars 2022

Compte rendu CSJA 3 mars 2022

Présentation ELIPS AJA

Présents : Mmes BENZIADI, BEGLIMINI, ARNAUD-PLAZA, PERRIER, GAIMO, BURGAZ, BOIS, ROMAIN, GIL, PARIS, ORGANINI, NGUYEN, MEZOUAR, ABBASSI, FORNELLI, FIRUTH, MARCELLIN, ROBIN, FERRO, FARUCCI, FOULON, HEURTIER. MM. BONNEFOND, BAUER, DELARUE.

Excusés : Mme DELPECH, GOSET, JEANZAC, COLLETTO.

ORDRE DU JOUR

PRESENTATION D’ELIPS AJA

Equipe de Liaison et d’Intervention Précoces pour les Adolescents et Jeunes
Une unité mobile intersectorielle
Repérage et intervention auprès des sujets agés de 15 à 30 ans
A risque de transition psychotique ou suite à un premier épisode psychotique

ELIPS est attaché au centre hospitalier Valvert et a été créé en septembre 2021 pour repérer et intervenir auprès des psychoses émergentes chez les sujets de 15 à 30 ans.
L’équipe se compose de 7 personnes :
-  2 infirmières à temps plein
-  2 psychiatres à mi temps
-  1 neuropsychologue
-  1 assistante de service social à mi temps
-  1 secrétaire à temps plein
Nous sommes ouverts du lundi au vendredi de 9h à 17h. Permanence téléphonique aux mêmes horaires
L’accord des parents est obligatoire pour les mineurs.
Qu’est-ce qu’une psychose ?
ELIPS repère les jeunes avec entrée insidieuse de la maladie comme la dépression, les idées bizarres, le repli sur soi. ELIPS évalue le risque et prend en charge.
L’équipe propose une évaluation pour les jeunes ayant fait un premier épisode psychotique récent (moins de 1 an) ou chez qui on suspecte une entrée dans la psychose (repli sur soi, incurie, rupture des liens sociaux, sentiment d’étrangeté, anomalies de perception). A la suite de cette évaluation un suivi peut être proposé pour une durée maximale de 3 ans avec la mise en place d’un soignant référent qui coordonne une prise en charge médicale, familiale, sociale et professionnelle, individuelle ou groupale.

L’équipe étant mobile, les lieux de rencontre sont neutres. L’équipe est joignable par téléphone ou sur les réseaux sociaux. Nous nous déplaçons aussi à domicile. Nous essayons de trouver des soins alternatifs hors hospitalisation ou médicamenteux par des groupes d’activités sociales par exemple (activités sportives, travail sur la terre 2 à 3 fois par semaine).
Si la personne refuse les soins, nous essayons de trouver d’autres solutions que le « frontal » mais assez insistants pour créer une approche. Nous avons un portable professionnel et nous utilisons les réseaux sociaux pour communiquer avec les jeunes pour ne pas les perdre de vue.

Quels sont les critères d’exclusions ? si les risques sont faibles vers une transition psychotique, nous faisons des diagnostics à l’aide d’outils.
Le handicap n’est pas un critère d’exclusion.
Les TSA sont pris en charge par une plate forme sur Valvert. Il y a un service dédié. (SESA)
Prévalence du trouble

Comment orienté ? Suite à l’adressage, nous proposons un rendez-vous dans la semaine. Nous privilégions la boucle avec adressage par un médecin mais nous prenons en compte aussi les demandes des jeunes, de la famille ou des partenaires. L’entourage est aussi accompagné. Nous leur proposons un étayage familial avec une prise en charge différenciée pour les parents.

Pouvez-vous suivre des jeunes de l’EPM ? Nous n’avons pour le moment pas accès à l’établissement pénitencier. Il y a quelques obstacles administratifs.

Et avec l’hôpital ? Nous n’avons pas d’accès privilégié à l’hôpital non plus et nous travaillons autour des alternatives à l’hospitalisation.

Quand est-il du combo addiction+psychose ? La consommation de produits stupéfiants augmente la prévalence des syndromes psychotiques et permet de cacher les symptômes. Nous espérons un partenariat fructueux avec les structures spécialisées en addictions.

Nous prenons contact avec un maximum de structures afin de toucher tous les domaines. Comme par exemple pouvoir se déplacer dans les établissements scolaires afin de maintenir les élèves dans leur établissement ou d’aider à la rescolarisation en travaillant en partenariat avec les équipes éducatives.

PDF - 1.2 Mo

Article au format PDF

Site réalisé avec SPIP | Squelette BeeSpip

Mis à jour le mardi 28 juin 2022