Accueil du site
Accueil du site
 
Jeunes
Parents
Professionnels
Dossiers thématiques

Accueil du site > Dossiers thématiques > Tabac > Zéro tabac pendant la grossesse

Zéro tabac pendant la grossesse

Une femme sur trois débute une grossesse alors qu’elle fume. Car bien souvent les futures mamans ne connaissent pas tous les méfaits de la cigarette sur leur enfant.

Près de la moitié des femmes en âge d’avoir un bébé fume, et un tiers sont encore accros à la cigarette au début de leur grossesse. Pourtant, le tabac menace directement la fertilité, et risque de faire échouer tout projet de bébé. Et lors de la grossesse, la fumée expose le futur enfant à de nombreux dangers : manque d’oxygène, risque de grossesses extra-utérines, de fausse-couche…

L’augmentation du nombre de fumeuses est d’autant plus inquiétante que le tabagisme a des conséquences néfastes avant, pendant et après la grossesse.

Avant la grossesse, le tabac entraîne une baisse de la fertilité. Le taux de fécondité chez la femme fumant quotidiennement 20 cigarettes n’est que de 8 % contre 22 % chez les non-fumeuses.

  • Tabac et pilule : un dangereux cocktail

Les femmes qui fument et prennent la pilule sont beaucoup plus sujettes à des risques cardiovasculaires : infarctus du myocarde et thromboses. En effet, la nicotine favorise la formation de caillots, abîme et rétrécit les parois des vaisseaux. La diminution de la production d’œstrogènes (hormones féminines) qu’entraîne la cigarette augmente les risques cardiovasculaires et peut provoquer une survenue précoce de la ménopause.

  • Fumer met en péril votre grossesse

Continuer à fumer pendant la grossesse implique de nombreux risques désormais identifiés par les médecins :

    • Un risque accru de fausses couches

Pendant la grossesse, le risque de grossesse extra-utérine est multiplié par 1,5 pour une femme fumant quotidiennement jusqu’à 10 cigarettes, par 3 pour 20 cigarettes quotidiennes et par 5 pour 30 cigarettes quotidiennes. Le taux d’avortement spontané est multiplié par trois en cas de tabagisme maternel. Le tabagisme passif entraîne également un risque de fausse couche.

Une augmentation de la fréquence des naissances prématurées

En cas de tabagisme maternel, le risque d’accouchement prématuré est multiplié par deux même lorsque les membranes sont intactes. Enfin, le risque de rupture prématurée des membranes est multiplié par deux avant terme, et par trois avant la 34ème semaine d’aménorrhée.

    • Un poids à la naissance insuffisant et un développement retardé

Le poids moyen d’un nouveau-né de mère fumeuse est de près de 300 g inférieur à celui d’un nouveau-né de mère non fumeuse. De plus, le retard de croissance intra-utérine est deux à trois fois plus fréquent chez la femme fumeuse.

    • Un risque accru de complications à l’accouchement
    • Une diminution des défenses immunitaires (notamment en cas d’infection)

Les mères exposées à la fumée de cigarette de leur conjoint durant la grossesse mettent au monde des nouveaux nés présentant plus fréquemment que les autres une "défaillance" génétique de leurs cellules immunitaires.

Un risque accru du syndrome de la mort subite du nourrisson

La nicotine, le monoxyde de carbone et d’autres substances nocives contenues dans une cigarette franchissent la barrière placentaire. Cette transmission entraîne également une réduction de son apport en oxygène et en nutrition à l’enfant.

Enfin, la fumée entraîne une accélération des battements de cœur, l’élévation de la pression artérielle. De plus, certaines substances issues de la combustion du tabac sont nocives pour l’enfant.

Fumer pendant la grossesse entraîne des risques encore plus importants si la femme attend des jumeaux. Pour l’enfant, les risques de mort subite sont multipliés :
- par 4 si la mère a fumé pendant la grossesse,
- par 3,4 si la mère fume 20 cigarettes par jour après l’accouchement et si le père ne fume pas,
- par 7,4 si les deux parents fument plus de 20 cigarettes par jour.

Les enfants présentent également des risques d’infections respiratoires et ORL et des risques d’asthme plus élevés. Après la grossesse, apparaissent d’autres conséquences de l’intoxication tabagique. En effet, la quantité moyenne quotidienne de lait maternel produite par une fumeuse est de 690 ml contre 960 ml pour une non fumeuse. De plus, on retrouve une corrélation entre le nombre de cigarettes fumées et la quantité de nicotine dans le lait.

Une motivation supplémentaire

Il est vrai que les femmes enceintes ont une motivation plus forte pour arrêter. Néanmoins, 25 % d’entre elles continuent à fumer malgré leur grossesse. Même s’il y a une contre-indication à la nicotine pour le bébé, les patch valent mieux que la fumée de cigarette qui contient des centaines d’autres substances toxiques. Cependant, la moitié des femmes qui parviennent à arrêter la cigarette pendant leur grossesse reprend après l’accouchement. Il vous faudra ainsi vous battre afin de vous délivrer de la dépendance de la cigarette pour le bien de votre enfant mais également pour le vôtre.

Source : Doctissimo

PDF - 324.4 ko
9 mois

SPIP 2.1.30 [23453] | Squelette BeeSpip v.3.0 [1056]