Accueil du site
Accueil du site
 
Jeunes
Parents
Professionnels
Dossiers thématiques

Accueil du site > Dossiers thématiques > Les Addictions > La substitution

La substitution

Le principe du médicament de substitution est d’administrer au consommateur une substance ayant une activité pharmacologique similaire à celle du produit addictif. La substitution permet d’éviter les effets physique et psychique du « manque », de stabiliser et/ou de diminuer la consommation d’héroïne et surtout, de mettre en place les aides psychologique et sociale suffisantes pour réduire au minimum les risques de rechute.

Le patient peut alors se consacrer à élaborer un nouveau projet de vie. L’accompagnement médico-psychologique et social, qui fait partie intégrante des traitements de substitution aux opiacés, l’aide à reconstruire un réseau familial affectif et professionnel et facilite la régularisation de ses problèmes (avec la justice, les organismes sociaux, médicaux etc.)

La durée d’un traitement de substitution est variable en fonction des situations cliniques. Il existe peu d’indications sur la gestion de la phase d’arrêt de ces médicaments.

Important : certaines personnes n’arrêteront jamais de prendre un traitement de substitution, l’équipe médicale mettra alors en place un « traitement de maintenance ». Ce n’est pas en soi un signe d’échec, le patient sera alors suivi dans la durée tel un patient diabétique pour lequel l’insuline est indispensable à sa santé.

Les deux produits de substitution aux opiacés sont la méthadone et la buprénorphine haut dosage (le Subutex® et ses génériques).

La substitution concerne également le tabagisme pour lequel il existe les substituts nicotiniques (patch, gommes etc.). La dépendance au tabac pose surtout la question de la dépendance psychologique et non pas de la resocialisation du consommateur.

source : MILDECA

SPIP 2.1.30 [23453] | Squelette BeeSpip v.3.0 [1056]